Horloge en bois Tourbillon Roland Dutoya

Horloge en bois Tourbillon

Le tourbillon à détente utilisé en horlogerie n’est pas une « complication » mais un type d’échappement très complexe qui permet de s’affranchir de la gravité terrestre qui perturbe naturellement le mouvement de l’ancre. L’échappement à détente est également moins gourmand en énergie. Etant plus précis, il est encore utilisé dans les chronomètres. 

Particulièrement complexe à réaliser et à mettre au point, ce modèle d’horloge, qui est ma fierté, m’a demandé une très longue mise au point.
La réalisation du tourbillon est l’un des exercices les plus difficiles qui soit en horlogerie mécanique, toutefois, le jeu en vaut la chandelle car il permet d’obtenir des résultats chronométriques remarquables. 

Dès la fin du XIXème siècle, le tourbillon devint une spécialité qui contribua au renom de l’horlogerie Suisse. De nombreux horlogers furent séduits par l’ingéniosité de ce mécanisme hors du commun.
Aujourd’hui, chaque manufacture digne de ce nom possède à son catalogue un ou plusieurs tourbillons Pour toutes ces raisons, auxquelles on ajoutera encore les qualités esthétiques, le tourbillon a conquis ses lettres de noblesse dans la haute horlogerie. 

Seuls les axes et le ressort spirale sont métalliques. Le bâti, les rouages et l’échappement sont en bois ce qui ce traduit par des jeux nécessaires inhabituels plus conséquents pour les échappements à détente.
La précision obtenue de l’heure est une récompense.
Le moteur d’entrainement est un poids situé sur le côté, remonté périodiquement par un micro motoréducteur, lui-même alimenté par une pile 9V.
Le bâti est en bois de coco ; les roues dentées, le tourbillon et sa cage sont en contreplaqué de bouleau type aviation, la détente et les petits pignons sont en buis, les aiguilles en noyer.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *